Grâce à un excellent bouche-à-oreille et des critiques élogieuses, ce film d’horreur américain a généré 252 millions de dollars au box-office, soit un retour sur investissement de 630%.

S’il n’a pas caracolé en tête du box-office, le film d’horreur américain Get Out a rapporté gros à sa maison de production, Blumhouse. Ce long-métrage, où le week-end d’un jeune homme noir dans sa belle-famille blanche vire au cauchemar, a été doté d’un petit budget de 4,5 millions de dollars, auxquels se sont ajoutés 30 millions en marketing. Grâce à un excellent bouche-à-oreille et des critiques élogieuses, Get Out a généré 252 millions de dollars au box-office.

En France, le film a été vu par 1,1 million de spectateurs. On est bien loin de LaBelle et la Bêtede Disney, à la tête du box-office mondial avec 1,26 milliard de dollars de recettes. Mais, au vu de la petite mise de départ, les producteurs de Get Out ont eu un retour sur investissement de 630 %, contre 400 % pour La Belle et la Bêteet ses 160 millions de dollars de budget. D’après les calculs du site The Wrap, Get Out détient le titre de film le plus rentable de l’année. Arrive à la deuxième place Splitde M. Night Shyamalan, avec un retour sur investissement de 610 %. Le film, vu par 1,7 million de personnes en France, a rapporté 277 millions de dollars pour une mise de départ de 39 millions. Doté lui aussi d’un petit budget de production (9 millions de dollars), Split partage avec Get Out la même maison de production, Blumhouse.

Cette dernière s’est spécialisée dans la production de films peu chers mais hautement rentables. Son premier coup de maître a été le film d’horreur Paranormal Activity. Il n’a coûté que 15.000 dollars à produire, mais en a rapporté 200 millions. Blumhouse a poursuivi dans la voie du film à frissons à destination des ados (InsidiousOuijaAmerican Nightmare…), dont les bénéfices lui permettent de financer des longs-métrages plus ambitieux, comme Get Out ouWhiplash, nommé en 2015 aux Oscars.

La maison de production bénéficie d’un accord avec Universal, qui lui permet d’inonder les cinémas du monde entier, à l’exception de la Chine. Son prochain long-métrage, Happy Birthdead, relatera l’histoire d’une lycéenne qui revit chaque jour le jour de sa mort.

SHARE

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here